JAPAN & ASIA TECH • COOL AND CULTURAL NEWS

Langues

DRiFTWiRED : Tochigi Typhoon Vs. la véritable culture du drift

DRiFTWiRED: Tochigi Typhoon Vs. True Drift Culture - AkihabaraNews.com

Des cheveux blonds platines, des baggy, un typhon et des voitures qui partent sur le côté sur le circuit Nikko - du drifting pur et dur

Par le Senior Contributor d'AkihabaraNews Nayalan Moodley - avec une de ses meilleures vidéos, jetez-y un oeil !  -Ed.
Les titres des sous-parties correspondent à des titres de chansons du groupe The Drifters -NdT.

Some kind of wonderful
Le drifting est une anomalie du sport motorisé. Alors que pratiquement tous les autres types de compétition impliquant le moyen de transport favori des humains est basé sur le temps au tour, la meilleure vitesse et le contrôle, le drifting est orienté vers la perte de contrôle rattrapée in extremis.

C'est la gymnastique rythmique des sports motorisés et un des plus amusants que vous puissiez pratiquer dans un véhicule à moteur.

[VOIR AUSSI]
Les articles sur l'automobile japonaise

Fools fall in love
L'origine de cet art appartient à la légende, mais à cause de l'abondance de virages serrés et d'épingles sur les routes montagnardes japonaises, il est généralement accepté que ce sport et sa popularité viennent d'ici. Il n'y a pas assez de lignes droites pour les pilotes japonais, du coup ils vont en montagne et font avancer leur voiture en crabe.

Au final, le sport est passé des montagnes aux circuits et s'est vu affublé de règles, scores, ligues et régulations. Des entités comme la D1 Corporation et MSC l'ont transformé en industrie qui se compte en milliards de yen avec un grand nombre de ligues et de catégories pour les pilotes. Comme tout sport motorisé officiel, les événements sont extrêmements compétitifs mais dans une façon toute japonaise, complètement fous. Ils sont aussi déconnectés des racines du drifting que Justin Bieber l'est de la réalité.

Le hooliganisme pur de tous les jeunes adultes aux cheveux blonds platines qui enchaînent cigarette sur cigarette, qui lancent leurs missiles personnalisés dans leurs garages sur les routes de montagne, se lançant le défi de serrer encore plus chaque virage, reste le meilleur de ce sport. Etre capable de faire la course avec des pilotes qui sont souvent meilleurs que vous, virage après virage, run après run, n'est pas seulement un incroyable rush d'adrénaline mais aussi un excellent moyen de développer votre talent. C'est aussi complètement illégal et dangereux et il ne faut donc pas trop pousser.


Lien vers la galerie complète ci-dessous

Dance With Me 
Dans un effort pour amener l'esprit de la montagne sur le circuit, un groupe de pilotes a fait équipe avec Takumi Oil, un petit fabricant high tech japonais d'huile synthétique, et a créé le DRiFTWiRED, une toute nouvelle compétition de drift non affiliée avec les grandes ligues et grosses corporations qui cherchent le profit. L'inauguration a eu lieu sur le Nikko Circuit dans la préfecture de Tochigi, le 10 août 2014.

La mise en place de la compétition fut plutôt simple : les pilotes ont été répartis en fonction de leur niveau et chaque niveau pouvait réaliser quatre entraînements avant la compétition. Il y avait aussi des invités professionels de haut niveau comme The Drift Samurai, Takahiro Imamura, dans sa Mazda RX-7 au look démoniaque ainsi que la Team Attraction, deux fois championne de triple drift aux MSC, avec leurs Nissan Silvias. Il n'y avait pas d'ordre de course ni d'obligations spécifiques aux compétitions plus régulées. Les juges étaient aussi beaucoup plus tolérants avec les drapeaux, ce qui signifie que les entraînements étaient très fluides.


Galerie complète ci-dessous

Avec ce temps de chauffe on a vite retrouver la chaleur des sessions en montagne. Les pilotes se tiraient la bourre et dans les catégories double et triple drifts des liens se sont tissés entre des pilotes qui ne conduisent d'habitude pas ensemble. Les pros les ont rejoint et se sont mis à jouer avec comme les punks qu'ils étaient probablement lorsqu'ils ont commencé à drifter.

This Magic Moment
Comme pour les tours d'entraînement, le format de la compétition était drastiquement différent par rapport aux événements très restrictifs des ligues. Les pilotes pouvaient partir dans l'ordre qu'ils voulaient mais ils n'avaient qu'un seul run. C'est tout. Pas de nouvel essai, de dernière chance. Juste une tentative pour la gloire. Jugés par des pros, beaucoup de pilotes se sont ratés mais beaucoup plus ont sorti le grand jeu et le standard, tout du moins aux yeux des spectateurs, a semblé beaucoup plus haut qu'un événement normal de type D1.

Lorsque que la pluie du typhon a enfin franchi les montagnes pour arriver à Tochigi, les pistes inondées ont rendu les conditions de conduite très difficiles. Ca n'en a rendu le drifting que plus excitant avec une surface glissante permettant d'obtenir des figures spectaculaires.


Galerie complète ci-dessous

Kissin’ in the Back Row of the Movies
Après la compétition principale a eu lieu le défi des catégories d'âge. Peu importe leur talent, les pilotes ont pu cracher au bassinet en plus des frais de participation et s'affronter entre pairs. Les règles étaient celles de l'entraînement donc les pilotes avaient peu de chances d'impressionner les juges, mais ça a aussi provoqué une compétition intense avec le gagnant de chaque catégorie d'âge remportant le pactole. Les 20, avec leur talent inattendu, étaient particulièrement impressionnants à regarder. Yoshitatsu Kaneda de la Team Attraction a dit que si les jeunes continuaient de cette façon, d'ici à ce qu'ils atteignent son âge ils l'écraseraient largement... et ce n'est petit compliment considérant son talent massif.

Une fois la compétition terminée, il y a trois autres free runs par catégorie durant lesquels les pilotes se sont juste amusés. Et c'était le meilleur. C'était de la folie. Du drifting de fou sans concession. Il y avait des angles incroyables et des passages au cheveux près où la seule chose rendant ce chaos distrayant était des réflexes incroyables et un sacré talent. Quelques spectateurs chanceux ont pu faire un tour sur la piste. Les pilotes se sont amusés et on pouvait sentir l'adrénaline que seul un tel événement peut provoquer. C'est la fête du drift.

Save The Last Dance for Me
Alors que le soleil se couchait à l'ouest, les stands se sont remplis et les voitures ont quitté la piste tandis que les pilotes se sont rassemblés pour attendre les annonces des résultats et les prix. Les gagnants ont tous reçu quatre pneus et vingt litres d'huile Takumi. La deuxième place à reçu deux pneus et cinq litres tandis que la quatrième place n'a eu que quatre litres d'huile. Ensuite a eu lieu le défi du pierre-feuille-ciseau de consolation où diverses pièces et modifications ont été mises en jeu par les plus petits sponsors.

Au final, et comme les organisateurs ont pu le mentionner, le plus grand prix fut la passion affichée des pilotes. Cette passion née dans la montagne avant que l'argent, les règles et le professionalisme ne stérilisent ce sport. Et c'est cette passion qui a fait du premier DRiFTWiRED un succès retentissant, et le bouche à oreille a déjà répandu cette passion au sein de la scène, nous assurant que l'événement de l'année prochaine sera encore mieux.

...et parce qu'une galerie ne suffit pas :

...et pour avoir le tout en très haute résolution :

...et la vidéo à ne pas manquer :

Toutes les photos et vidéos ont été réalisées par le Senior Contributor Nayalan Moodley, AKA DarcNoodles - Darc.jp.

Un remerciement spécial pour Yoshitatsu Kaneda, pro drifter, chef du Rings Auto Shop de Gunma, et ami génial et franc qui m'a trouvé un endroit génial pour prendre des photos et qui a pris soin de ma voiture pour l'année et demie passée pendant que je me suis perdu dans Tokyo.

Source: