JAPAN & ASIA TECH • COOL AND CULTURAL NEWS

Langues

TEST : Sony Alpha 7S

REVIEW: Sony Alpha 7S - AkihabaraNews.com

Parmi tout ce que je raconte sur les appareils photos et la photographie (ou quand je râle quand les lèche-bottes de Canon/Nikon s'en mêlent), je me tiens toujours à deux points principaux :

1: Le design boîte à miroir (DSLR) des années 40 est une technologie ancienne commercialisée par de vieux hommes pour d'autres vieux hommes qui freine la technologie de l'image.
2: La taille du capteur et le nombre de megapixels ne compte pas s'ils ne sont pas optimisés. Le tout est d'avoir autant de lumière que possible sur le capteur pour tirer parti de sa taille.

Donc, plus de megapixels signifie moins de lumière par pixel et un plus grand capteur avec moins de megapixels peut capturer davantage de lumière et de détails qu'un capteur qui fait deux fois sa taille.

Dans la course aux megapixels autant sur le marché full-frame qu'APS, il n'y a pas vraiment d'options pour les performances en faibles conditions d'éclairage ou pour la qualité d'image pouvant légitimer le prix pratiquement exponentiel et la taille des modèles premiums comparés aux plus petits micro quatre tiers (comme le Panasonic Lumix GH4).

Les je-sais-tout de la photo pointent les tests du doigt en fanfaronnant mais l'expérience du monde réel m'a montré que sauf si votre photographie a besoin des 5% de performances supplémentaires proposées par les DSLR haut de gamme (au double voire triple du prix), tout capteur plus gros qu'un micro 4/3 était superflu... Jusqu'à maintenant.


Plus de photos glamour dans la galerie complète

Le septième fils d'un septième fils
De l'extérieur le Sony α7S est identique aux deux autres α7 de Sony de la gamme full-frame à monture e. Il fait approximativement la même taille, forme et design que l'Olympus EM-1, et si Sony et Olympus n'étaient pas déjà proches j'aurais bien des choses à dire sur cette similarité. C'est un design efficace qui, malgré ses angles et rebords, s'adapte plutôt bien à mes grandes mains.

Le boîtier est plus fin que celui du Panasonic GH3/4 et presquue anorexique comparé à celui des appareils à miroir des vieux monsieurs. Ses proportions affinées sont contrebalancées par l'énorme objectif accroché à sa façade. Mais on ne peut pas vraiment changer cela, il faut bien amener la lumière au capteur full-frame 35mm.

Il a un look très rétro. Il évoque un rendu noir, usiné et métallique d'une sculpture romane classique et chacune de ses facettes respire la qualité. Même les périphériques Apple semblent de piètre qualité comparés au toucher de l'α7S. Chaque bouton offre une sensation de cliquètement satisfaisante, sans le véritable clic. Le déclencheur et les molettes multifonctions sont en métal et, plus important, sont métalliques au toucher. Au creux de la main, il offre la satisfaction physique du vieux Minolta XD manuel sans les ennuyants rembobinage, l'ajustement de la lumière et le traitement du film.

Le seul réel sacrifice que Sony nous demande de faire réside du côté de la batterie. La forme élégante de l'α7S ne laisse pas beaucoup de place et l'autonomie en souffre illogiquement. Dire que c'est terrible serait précis, mais un peu dur. Précis parce qu'il possède vraiment la pire autonomie de tous les appareils que j'ai pu utiliser... de toute ma vie. Dur parce que quiconque utilise un appareil dans cette gamme de prix a toujours des batteries supplémentaires. En bonus, cependant, l'appareil peut être rechargé par câble USB, je me suis donc retrouver à l'alimenter avec la batterie nomade que je transporte pour mon téléphone.

Le meilleur des mondes 
Une fois que vous avez fini de tripoter le design industriel sexy, pointez l'objectif 24-70mm F4.0 Zeiss vers quelque chose et appuyez sur le déclencheur en métal usiné, faites inhaler la lumière au capteur sans miroir léthargique sur le chemin, et la magie commence.

Avec ses quelques 12.4 megapixels répartis sur l'énorme (par rapport aux standards) capteur CMOS 35mm Exmor, l'α7S offre une toute nouvelle définition au célèbre truisme de Robert Browning “Less is More”. Moins de pixels signifie que chaque pixel est plus large et peut donc absorber davantage de lumière. Cela rend les détails plus nets en conditions d'éclairage standard et carrément incroyables en situation d'éclairage difficile. Le système de traitement de l'image BIONZ X est rapide efficace et superbement calibré pour le capteur.

La qualité d'image est ahurissante. J'aurais bien dit hallucinante, mais à cause des imbéciles sur les médias sociaux de nos jours tout est hallucinant et donc il n'a plus d'impact comme terme descriptif. Mais vraiment, ce qu'il abandonne en résolution, il le rend en netteté, couleur, éclairage, en TOUT !

C'est le plus proche de ce que je peux voir avec mes propres yeux qui soit parmi les appareils photos existant. Vous pouvez humer l'herbe, sentir l'asphalte et entendre la foule dans les rues. La clarté de l'image provoque votre imagination et active vos sens.


Galerie complète 

A la lumière du soleil, je me retrouve à manquer les images nettes, grandes et détaillées que les Nikon D800 et Sony α7R peuvent offrir. Ce n'est pas tant que ces appareils sont plus nets mais qu'il est possible de recadrer vos photos pour apprécier la netteté plus en détail, surtout sur des écrans retina/4K. Ils offrent aussi la liberté de prendre des photos et de recadrer plus tard. Avec l'α7S, vous avez la pression de devoir cadrer quand vous prenez la photo parce que le recadrage diminue trop la taille de l'image. Je me suis retrouvé à passer plus de temps pour cadrer mes prises de vue, mais c'est parce que je n'avais qu'un objectif pour le tester et que j'avais besoin de recadrer davantage que je ne l'aurais voulu.

La peur du noir 
Quand la lumière commence à changer, que les autres appareils deviennent étranges, l'α7S devient lui-même. Il peut photographier jusqu'à un bluffant 409600 ISO. Je ne peux pas vous montrer ce que cela signifie vraiment parce que je n'ai pas pu trouver un endroit à Tokyo suffisamment sombre pour essayer à peine la moitié de cette valeur. Bien entendu, prendre des photos à de tels ISO provoque du bruit mais jusqu'à 12800 ISO les images sont géniales, et si vous investissez dans d'autres objectifs plus rapides c'est tout ce dont vous aurez besoin...

...sauf si vous avez besoin de plus, auquel cas le 32000 ISO est pleinement utilisable selon ce que vous en faites. A partir de 64000 ISO, le bruit devient un problème, mais une telle gamme ISO signifie que même avec du bruit vous pouvez prendre des photos dans la nuit. Appairées avec le mode de prise de vue silencieux, ça pourrait faire un appareil photo d'espion parfait.

 
Galerie ISO complète 

Tant qu'il y aura des hommes 
Simplement avec le zoom standard F4.0 24mm-70mm à 12800 ISO, cet appareil photo à bouleversé ma conception de ce qui était faisable en conditions d'éclairage difficiles. J'ai pris des photos en mouvement avec une main et elles n'étais pas si floues que ça. Je ne peux qu'imagine combien un 55mm f1.8 aurait pu être amusant. Il me permettrait de prendre des photos de la ville de nuit à 200- ISO, et en plus de pouvoir capturer tout ce qui se passe dans la nuit, la qualité des images aurait atteint des niveaux que mon cerveau ne parvient pas à comprendre.


1/8sec F4.0 12800 ISO - Galerie complète

Gamme dynamique : 
L'α7S possède une superbe gamme dynamique, surtout au format RAW. Vous pouvez beaucoup exploiter ce format grâce à la lumière qu'il capture. Si vous avez l'habitude du RAW vous n'aurez probablement plus besoin de la compensation de l'exposition. Même avec des JPEG, la lumière est telle que les détails vous permettent d'exploiter longuement le cliché sous Lightroom.

Mise au point : 
La vitesse de focus de l'appareil et sa précision sont aussi incroyables et à chaque fois que j'ai voulu faire une mise au point spéciale elle était parfaite. Grâce à l'incroyable capteur, j'ai pu régler l'ISO à 800 ou 1600 pour des vitesses d'obturation super rapides, en plein soleil, dans la rue, et pour pouvoir avoir une bonne chance de prendre des sujets sortant du cadre de l'appareil avant qu'ils ne quittent le focus. C'était rafraîchissant. Je pouvais littéralement viser et photographier et contrairement aux appareils dédiés à cette utilisation, il prenait généralement ce que je visais.

Viseur : 
Equivalent au dernières offres d'Olympus et honnêtement une meilleure epérience que la plupart des pentaprismes des DSLR haut de gamme, le viseur électronique de l'α7S a été un plaisir à utiliser. Appairé avec le grossissement du focus et son plafonnage, l'utilisation manuelle était agréable. Mieux qu'avec les appareils photos à pellicule que j'ai pu utiliser.

Objectifs :
Quand la gamme α7 a été lancée, Sony a annoncé la fusion entre les gammes Alpha (α) et NEX, et que la monture de type e serait utilisée pour l'ensemble de la gamme. Pour tirer parti de ce capteur plus grand, des objectifs full-frame spécifiques ont été développés pour la gamme α7 et appelés FE pour indiquer leur compatibilité full-frame.

L'α7S peut aussi utiliser les objectifs standards monture e et en le faisant le capter passe automatiquement en mode APS et recadre les images. Grâce à cela, l'α7S possède un catalogue plutôt complet d'objectifs parmi lesquels faire son choix.

Sony propose aussi deux adaptateurs permettant d'utiliser les anciens objectifs alpha avec l'α7S. Le LA-EA3 est le plus simple des deux, permettant à l'appareil d'effectuer des réglages sur l'objectif mais sans détection d'autofocus. Le LA-EA4 transplante, lui, le système de miroir translucide de l'ancienne gamme Older alpha afin d'offrir un autofocus à détection de phase rapide et un moteur permettant d'utiliser les ancient objectifs α sur l'α7S de la même façon que sur un α99.

Le choc des mondes
L'α7S est le premier MILC de Sony où la vidéo est une fonction principale mise en avant et non pas une fonction ajoutée. Avec ses 12.4 megapixels il peut filmer en 4K de manière native, donc il n'y a pas besoin de réduire la taille ou de jeter des pixels, ce qui permet de faire des pises de vues extrêmement détaillées et nettes qui battent celles du Panasonic GH4 sans aucun moiré ou aliasing (si on en croit les vidéos de démonstration).

Malheureusement je n'ai pas pu essayer cette fonction moi-même à cause d'un petit problème : il n'enregistre pas le 4K de manière embarquée. Il faut raccorder un enregistreur capable d'accepter un flux HDMI 4K non compressé. Avoir ce genre d'appareil n'est pas un problème pour les mordus de vidéo parce qu'il s'agit d'un prérequis de base pour obtenir les meilleures vidéos non compressées de n'importe quel appareil photo à objectif interchangeable. Mais pour les photographes hybrides qui voyagent léger, le poids et le prix de cet enregistreur ainsi que les câbles et montures nécessaires pour les adapter semblent un surcoût inutile de temps et d'argent (¥40,000/300€ pour l'enregistreur, ¥15,000/100€ à ¥50,000/400€ pour les câbles/montures selon les marques) ainsi que d'efforts.

Formats vidéo : 
Il enregistre à 60fps 1080p et 120fps 720p en embarqué en 50mb/s grâce au codec propriétaire de Sony : XAVC S Basé sur le codec professionnel XAVC, il est robuste et de grande qualité comparé aux autres codecs disponibles. Il est aussi compatible avec un certain nombre d'autres codecs :

AVCHD : 
1920 x 1080/60p@28Mbps
1920 x 1080/60i@24Mbps
1920 x 1080/60i@17Mbps
1920 x 1080/24p@24Mbps
1920 x 1080/24p@17Mbps

MP4 :
HD - 1440 x 1080/30p@12Mbps
VGA - 640 x 480/30p@3Mbps

Avec seulement une semaine de test, le temps a manqué pour s'intéresser à la partie vidéo en général autant que j'aurais voulu le faire, et encore plus pour explorer les codecs grand public que les vidéastes n'utiliseraient jamais.

En pratique, j'ai trouvé l'enregistrement de vidéo un peu maladroit. Le manque de stabilisation de l'image sur l'objectif ou embarqué rend tout ce qui est fait à la main assez tremblotant. Pour filmer, il vaut mieux préparer un tripode/monopode/monture d'épaule, mais si vous êtes sur le terrain et qu'une opportunité fait son apparition, alors cela ressemblera à de la vidéo familiale de haute qualité.

Il y avait un mode vidéo dédié sur la molette de modes mais (apparemment) pas d'options dédiées dans le menu de réglage, donc il fallait presser beaucoup de boutons et naviguer dans beaucoup de menu pour faire des modifications. Cela-dit, quand les réglages sont effectués et que l'appareil est stabilisé, le résultat est superbe. Toute la netteté et le détail des photos se retrouvent dans la vidéo.

The Number of the Beast 
Comme je l'ai dit plus haut c'est une merveille de design industriel mais il faut se rendre à l'évidence, Sony réalise toujours de superbes appareils de haute qualité donc dans un sens l'α7S se devait d'être incroyable.

Malgré tout, toute personne ayant utilisé un appareil photo Sony (et beaucoup de leurs autres produits) sait aussi qu'un des points faibles de Sony est la conception de l'interface. Elle n'est pas horrible, mais après avoir manipulé un mirrorless de chez Panasonic, ça fait le même effet que de passer de Windows 8.1 à Windows 3.1. Les menus sont étranges. Certaines options sont dans les mauvaises catégories. Il n'y a pas de section vidéo, et en général c'est plutôt laborieux.

Le laborieux devient frustrant avec la disposition des boutons qui, quand on la compare à pratiquement tous les autres appareils des autres marques sur le marché, est illogique. Le bouton vidéo est sur un coin obscure du grip et pas pratique à enfoncer. L'angle en fait aussi un des boutons qui n'offre aucune sensation quand on le presse. Lorsqu'on navigue dans les photos, les boutons de zoom, de retour et d'options semblent avoir été placés au hasard et obligent à une gymnastique étrange de la main. Même l'A99 de Sony permet plus facilement de revoir ses clichés. Changer les points de focus nécessite plus de 10 appuis sur des boutons et je me suis retrouvé à utiliser le focus manuel avec plafonnage juste parce que c'était trop frustrant de changer les points de focus. Ce serait pratique avec un écran tactile mais...

IL N'A PAS D'ECRAN TACTILE ! 
C'est probablement le seul véritable problème de cet appareil. S'il en avait un, tous les problèmes de boutons et toutes les frustrations disparaitraient parce qu'un écran tactile résout tous les problèmes. Mais il n'en a pas. Nous sommes en 2014 et il n'a pas d'écran tactile. Incroyable. Oui, je sais, les gens aiment les appareils photos mécaniques et manuels mais s'ils veulent faire des combos de Street Fighter pour faire fonctionner leur appareil photo alors ils peuvent désactiver l'écran tactile. Ne pas proposer cette option, surtout sur un appareil à ce prix, est vraiment nul de la part de Sony.

Le jour du jugement dernier
Le court temps que j'ai passé avec l'α7S a été magnifique et agréable, suffisamment pour aiguiser mon appétit pour les possibilités créatives qu'il pourrait offrir, mais pas suffisamment pour avoir envie d'utiliser l'interface pour les débloquer. Résultat, ce test est plutôt maigre vis-à-vis des possibilités réelles de l'appareil photo.

Cela-dit j'ai maintenant du mal à accepter la qualité d'image de mon Panasonic GH3, qui n'est en rien un mauvais appareil photo. En même temps, je n'ai pas aimé l'expérience vidéo de l'α7S autant que celles du GH3 et du GH4. En dehors de la position étrange des boutons, je pense qu'il s'agit davantage d'un problème d'habitude personnel que de l'appareil photo en lui-même.

Je vois l'α7S comme je voyais le Panasonic GH1 il y a cinq ans. A l'époque, le Canon 7D était le roi et le GH1 ressemblait davantage à un prototype. Trois générations plus tard, le GH4 est le chef de file de la photographie hybride. De la même façon, Sony a sorti le capteur full-frame des DSLR et a fait quelque chose avec que les conservateurs semblaient ne pas vouloir faire. De cette façon, Sony a signé la mort de sa propre gamme DSLR et par extension de celles des autres. Il n'y a pas de raison de vouloir encore un DSLR.

Sur le marché du mirrorless, la compétition est plus compliquée. Le Panasonic Lumix GH4 est rapidement devenu le roi et avec son prix moins élevé et sa meilleure expérience utilsiateur, c'est une décision difficile à faire.

Est-ce que, avec mon investissement dans les objectifs M4/3, je prendrais un Sony α7S par rapport à un GH4 ? J'ai envie de dire que je ne sais pas, mais le capteur de l'α7S est tout ce que j'ai toujours voulu dans un appareil numérique. Depuis que je prends davantage de photos que de vidéos pour le travail, je pense que je pourrais faire sans l'écran tactile vu la qualité incroyable des photos. Donc, un timide "oui".

• • •

Toutes les photos et vidéos ont été prises par le Senior Contributor Nayalan Moodley, AKA DarcNoodles - Darc.jp.

Merci à Mr. Jin Tomohari et à Ms. Haruka Kitagawa de chez Sony pour avoir fourni l'appareil de test. Les spécifications officielles et les détails par Sony sont disponibles sur Sony α7S.

[PLUS DE TESTS D'APPAREILS PHOTOS] 
TEST : Panasonic Lumix GH4

Casio EX-100 High-End Compact Camera

Casio Selfie-Cam

Source: