Le point de vue de Terrie : le Japon au Bangkok Travel Show, un test pour le cancer en 30-Min., un manuel pour les cellules souches, Novartis et les APD

Terrie's Take - AkihabaraNews.com

Le point de vue de Terrie est une sélection de news centrées sur le Japon collectées et revues par le professionnel des médias Terrie Lloyd. AkihabaraNews est heureux de vous présenter l'opinion éclairée de Terrie : nous avons tous besoin d'un autre point de vue sur l'actualité, voici celui de Terrie.

• • •

Le point de vue de Terrie du 24 février 2014

Le sujet principal :

  • La Japon rencontre un franc succès au Bangkok Travel Show

Les brèves :

  • Un test pour le cancer en 30 minutes
  • Riken va proposer un "manuel" pour les cellules souches
  • La BoJ attend que le gouvernement se rattrappe
  • Les bureaux de Novartis pillés
  • Les APD ouvrent de nombreuses portes au Japon

Le Japon rencontre un franc succès au Bangkok Travel Show
Nous voici à Bangkok en Thaïlande pour particile à la 14ème Thai International Travel Fair qui a eu lieu du 20 au 23 février 2014. Habituellement nous ne sommes pas adeptes des salons consacrés au tourisme mais nous avons pensé qu'il fallait être à celui-ci puisqu'il est au centre de la nouvelle tendance du Japon à s'ouvrir au tourisme, le phénomène China-Plus-One, à savoir la nouvelle stratégie du gouvernement japonais qui vise davantage les clients de l'Asie du sud-est plutôt que les riches chinois. La présence d'au moins 63 compagnies japonaises menées par la Japan National Tourism Organization (JNTO) est une véritable preuve de la stratégie mise en place.

Ce n'est pas vraiment que le marché de la Chine (vers le Japon) est mauvais. Après le revers essuyé à cause des îles Senkaku l'année dernière, en fait, un sondage de Travelzoo China a révélé que le Japon est la destination préférée des touristes chinois à égalité avec les USA. Résultat, le tourisme est en augmentation de 96%. Travelzoo reconnaît que les touristes chinois deviennent plus exigeants et qu'en plus du simple shopping ils cherchent aussi l'histoire, la gastronomie et la culture, des choses que le Japon offre en abondance.

Mais même si les chinois sont de grands dépensiers, le gouvernement japonais pense clairement qu'il y a plus d'avenir sur le marché du sud-est asiatique, comme démontré par la présence massive du Japon au salon de Bangkok qui a eu lieu au centre d'expositions Queen Sirikit. Le salon en lui-même était un microcosme intérssant de toutes les destinations touristiques internationales se faisant concurrence pour attirer l'attention des 200.000 touristes Thai estimés qui profitent d'une économie en pleine croissance et a des revenus discrétionnaires en augmentation (en dehors de toute révolte politique). Cette année, le salon a regroupé plus de 1000 stands d'organisations gouvernementales étrangères ainsi que nationales Thai.

Les japonais étaient loin des entrées principales face à la station de métro MRT et en fait le premier pays qu'on pouvait apercevoir en arrivant était la Corée qui avait un stand bien conçu et bien organisé. Pendant un moment, nous avons pensé que la JNTO avait fait n'importe quoi et s'était fait voler la vedette. Néanmoins, après avoir pris à droite après le stand coréen et avoir longé la Turquie et quelques autres pays, vous vous retrouviez soudain au stand du Japon qui malgré les manifestations politiques dans les rues était bondé.

On y retrouvait pratiquement tous les grands acteurs du secteur : les grandes agences de voyage comme JTB et ClubTourism, les chaînes d'hôtellerie comme Prince et Hoshino Resorts ainsi que les galeries marchandes comme Isetan/Mitsukoshi et Laox. Mais ce qui nous a étonné a été l'absence de toute grande compagnie aérienne : il n'y avait ni JAL ni ANA. A l'inverse, il y avait un grand nombre de compagnies de transport terrestre, principalement de bus et de train. Nous pensons que cela veut dire que les compagnies aériennes ne ressentent pas le besoin de se mettre en avant tandis que les autres compagnies de transport font face à la concurrence des compagnies aériennes low-cost. En fait, la plupart de ces compagnies terrestres ont un écosystème complet et font partie deconglomérats avec des hôtels, des tours operators, etc... et donc que toutes les réductions qu'ils peuvent offrir aux touristes sur les billets de bus/train sont ensuite récupérées tandis que les clients s'engouffrent dans l'entonnoir. Le problème c'est que la plupart d'entre-eux ne sont pas faits pour gérer des touristes étrangers et ça se voyait lors du salon. Mais c'était quand même intéressant de les voir là.

Une autre surprise a été de voir le quartier de Shibuya se vendre comme une destination. Bien entendu, c'est logique vu que pratiquement tous les touristes Thai avec un appareil photo veulent voir les foules qui traversent le croisement de Shibuya, un peu comme un rite initiatique. Du coup Shibuya se vend comme une destination à part ce qui augure probablement du début d'un sous-sectionnement des différentes villes de Tokyo (et plus tard d'Osaka, Nagoya, Fukuoka ?), ce qui créera plus d'acteurs et plus de budget à dépenser pour attirer les touristes.

L'ensemble du salon était bondé et les organisateurs estiment avoir attiré 200.000 visiteurs, et la zone japonaise a été celle à voir passer le plus de traffic pendant que nous y étions. Les estimations de l'année dernière ont été de 40,000-60,000 personne pour les stands japonais et les stands qui étaient déjà présents estiment une hausse de 20 à 30% de ce chiffre pour cette année. Les stands les plus populaires ont été ceux qui organisaient de petits concours pour obtenir des goodies ou de la nourriture, ce qui nous a fait penser que si jamais nous devions à nouveau créer un stand en Asie nous-mêmes (et pas juste en Thaïlande, ça marche aussi très bien au Japon), nous devrions acheter des snacks et organiser un jeu pour que les passants puissent s'amuser et que nous puissions leur demander leurs informations de contact en retour. Un bon salon étalé sur 2 jours peut rapporter 2000 à 3000 cartes de visite ou adresses email grâce à ce simple subterfuge.

L'agence de voyage HIS était partout et c'était apparemment un des principaux sponsors du salon. Ils avaient même utilisé certains wagons de MRT et BTS pour faire de la publicité sur leur présence en Thaïlande. De ce que nous avons pu constater, HIS utilise la même recette que pour ses vols charter en Thaïlande et leurs offres ne sont donc plus uniquement liées au Japon. Ils se sont bien adaptés à l'état l'esprit Thaï et un jeune chanteur local les représente sur leurs affiches. La cible est bien évidemment les étudiants et les jeunes employées de bureau, un peu comme au Japon au début.

Les "Yuru-kyara" (mascotte) ont été déployées en nombre et même si nous avons toujours pensé que ces mascottes étaient un peu enfantines et bizarres, les femmes célibataires Thai les adorent tout autant que les japonais. Beaucoup de photos ont été prises en face des stands équipés de ces mascottes ce qui va assurer une longue vie au salon sur les réseaux sociaux. Maintenant, pour être honnête, il y avait aussi des samurai comme l'hôtelier de chez Yamanashi qui a joliment manié son épée, et quelques conducteurs de train aussi. Mais ils n'ont pas autant attiré l'attention que les mascottes. Oui, encore une leçon pour notre prochain salon...

Voici une vidéo iPhone non éditée de la zone d'exposition et de la foule : http://www.youtube.com/watch?v=6wFEoItMdww. Attention : c'est ennuyant à regarder sauf si vous êtes passionné par les salons... :-)
 

Un test pour le cancer en 30 minutes
La plupart des tests pour le cancer prennent entre 3 jours et 3 semaines pour les analyses de sang et confirmer ou non le diagnostique. Une équipe de l'université de Tokyo et de Nikon va présenter un nouveau test sanguin qui permet de réaliser les mêmes tests en seulement 30 minutes. Le test permet d'observer l'ARN en utilisant seulement 1ml de sang. Il est précis à 80% pour le cancer du sein, ce qui est comparable aux tests existants. Cette nouvelle méthode sera intégrée à une machine de test de la taille d'une petite imprimante et devrait être mise sur le marché pour 2020 au plus tard. (Source : commentaire de TT sur asia.nikkei.com, 21 février 2014)

Riken va proposer un "manuel" pour les cellules souches
Après que Riken ait révélé l'annonce choc qu'un de ses chercheurs a développé une méthode simple permettant de choquer les cellules sanguines pour les faire basculer vers un état de cellule souche, il y a eu une énorme demande (naturellement) émanant des autres groupes de recherche dans le monde entier pour pouvoir répliquer cette technique. Le problème c'est qu'ils sont incapables de le faire grâce aux simples explications procédurales données dans l'article du magazine Nature. Du coup, afin de dissiper les craintes de fraude, le Riken Center for Developmental Biology a annoncé la publication d'une description détaillée de la procédure permettant de reproduire les expériences. ***Ed : on ne sait pas quand la publication aura lieu mais nous imaginons qu'ils en profitent aussi pour revérifier leurs brevets, entre autres choses.** (Source : commentaire de TT sur wsj.com, 23 février 2014)

La BoJ attend que le gouvernement se rattrape
Un très bon article de William Pesek explique pourquoi il y a un manque apparent de volonté de la part du LDP de poursuivre la réforme structurelle après la conduite monétaire agressive instituée par le gouverneur de la Bank of Japan, Haruhiko Kuroda. Pesek pense que le succès de la politique de dévaluation du Yen de la BoJ permettant de remettre en hausse la bourse a permis d'éviter au gouvernement de faire de grands changements de son côté. Du coup, la chance pour que les "Abenomics" échouent à cause d'un manque de profondeur du changement régulatoire augmenté. Pesek annonce aussi que le mouvement de la part de la BoJ qui lui a permis de doubler ses prêts aux banques est en fait un avertissement au gouvernement : si les Abenomics échouent ça ne sera pas à cause de la BoJ. ***Ed : le problème c'est qu'on peut se demander si les groupes d'intérêts du LDP vont laisser Abe faire les changements qui doivent vraiment arriver.** (Source : commentaire de TT sur bloomberg.com, 21 février 2014)

Les bureaux de Novartis pillés
Qu'est-ce que vous obtenez quand vous avec un product manager trop pressé qui veut être sûr que le prochain médicament de la compagnie ne soit pas un échec ? Eh bien, vous achetez les données techniques d'une ou deux universités afin d'obtenir des études qui montrent l'efficacité du médicament. Noous supposons que ce genre d'achat de test est une pratique cmmune dans ce secteur de l'industrie, mais le problème pour Novartis c'est que le manager impliqué n'a pas été assez intelligent (ou était peut-être juste trop fainéant) pour rendre les chiffres convaincants. Comme un expert médical extérieur l'a annoncé, les données chiffrées étaient juste trop similaires pour avoir été des études indépendantes et ça a vendu la mèche. Une mauvaise nouvelle pour Novartis qui devait apparemment gagner environ 100 milliards de yen des ventes de ce produit pour cette année fiscale. Malheureusement c'est aussi la deuxième fois que la compagnie à été prise en flagrant délit de copinage avec des universités et on s'attend à ce que le ministère de la santé prenne une sanction radicale. (Source : commentaire de TT sur genengnews.com, 21 février 2014)

Les APD ouvrent de nombreuses portes au Japon
Un papier de l'APD sur les efforts du Japon pour offrir une aide au développement aux pays du Sud Est montre le niveau d'investissement a au point qu'on pense que l'investissement international de gouvernement à gouvernement sera les marchés des compagnies privées de demain. En 2012 le budget d'APD du Japon était de 10.6 milliards de dollars, en baisse de 2.3% par rapport à 2011 mais toujours 5ème au monde apès les USA, le Royaume-Uni, l'Allemagne et la France. Ce qui est intéressant ce sont les pays récipiendaires et la façon dont ils entrent dans la stratégie du Japon. Le Vietnam est en tête avec 1.64 milliards de dollars suivi par l'Afghanistan avec 873 millions (pour garder les USA heureux)) et l'Inde avec 704 millions. En 17ème place, faussée, se trouve la Birmanie. Nous disons faussée parce que bien que l'APD reçue nouvellement par la Birmanie soit petite, ils ont aussi reçu un énorme prêt séparé (qui n'est pas considéré comme une APD) de 1.1 milliards de dollars, faisant de la Birmanie le second récipiendaire du gouvernement japonais. (Source : commentaire de TT sur globalpost.com, Feb 21, 2014)

• • •

C'était le point de vue de Terrie. Quel est le vôtre ?

Laissez-nous un commentaire.

• • •

Images: Terrie's Take; AkihabaraNews

Source: 

Related Articles