JAPAN & ASIA TECH • COOL AND CULTURAL NEWS

Langues

Le point de vue de Terrie : les Abenomics ne sont pas si géniales, Sony No VAIO, Mt. Gox coule, et du commerce & des finances

Terrie's Take - AkihabaraNews.com

Le point de vue de Terrie est une sélection de news centrées sur le Japon collectées et revues par le professionnel des médias Terrie Lloyd. AkihabaraNews est heureux de vous présenter l'opinion éclairée de Terrie : nous avons tous besoin d'un autre point de vue sur l'actualité, voici celui de Terrie.

• • •

Le point de vue de Terrie du 10 février 2014

Le sujet principal :

  • Les Abenomics semblent promises à un triste avenir

Les brèves :

  • Sony quitte le marché du PC 
  • Online gaming business primer
  • Mt. Gox fait faillite ?
  • Les exportations toujours peu vaillantes
  • Les comptes d'investissement détaxés font fureur

Les Abenomics semblent promises à un triste avenir
Une nouvelle "industrie" est née durant ces six derniers mois et qui durera jusqu'au 1er avril de cette année. Quelle est-elle ? C'est celle de la légion d'économistes et d'hommes d'affaire (dont votre serviteur) qui spéculent sur ce qui va arriver à l'économie japonaise après l'accroissement de la taxe de la consommation de 5 à 8% et de ce qu'il adviendra des Abenomics. Ce n'est pas de tout repos. L'impacte de la taxe sur la consommation sur le consommateur et donc les dépensens des entreprises nous toucherons tous. Notre prévision est que l'augmentation de la taxe sur la consommation menée par Abe arrive trop tôt et va causer une récession dans les 3 trimestres qui souvront. Si nous avons raison, cela signifie que vous avez 6 à 8 semaines pour sceller les contrats que vous espérer remporter pour 2014, parce qu'après cela, nous pensons que beaucoup d'entreprises économiseront de manière temporaire jusqu'à septembre afin d'observer ce qui se passe. Et parce que tout le monde fera pareil, la récession sera réelle.

Pourquoi est-ce que nous pensons que les choses vont reculer ? Pour quatre raisons :

1. Pas de troisième flèche

Malgré tout ce qu'on en dit, le premier ministre Abe n'est qu'un humain et n'est donc capable de réaliser qu'un nombre limité de changements à un moment donné. Compte-tenu du fait qu'il essaye de changer non seulement les finances mais aussi la politique (dans le genre nationaliste) et le social, et compte-tenu du fait que chaque groupe d'intérêt qu'il espère conquérir requiert une armée de gestionnaires du LDP pour les négociations, ce n'est pas étonnant qu'il n'y ait pas eu de "troisième flèche" pour le moment. Si vous vous souvenez bien, la troisième flèche, c'est la réforme structurelle. Maintenant, peut-être qu'Abe cache bien son jeu, comme une législation permettant et autorisant le médical privé comme alternative au public, mais nous ne parions pas là-dessus. Les acquis de la nation sont solidement ancrés et Abe ne veut pas s'aventurer sur un terrain glissant. Alors que le secteur de l'agriculture est assez faible pour faire une cible de choix pour les négociations TPP, l'éducation, la justice et la médecine sont encore loin des changements fondamentaux.

2. Peu d'augmentation

Abe a besoin d'une "bonne inflation" afin que ses décisions soient efficaces et restent en vigueur. Une bonne inflation signifie qu'il faut que tout fonctionne simultanément. Or, comme nous en avons déjà parlé dans les points de vue précédents, les seuls véritables bénéficiaires des remous du marché sont les quelques investisseurs japonais ayant des actions en bourse ou qui spéculent sur le commerce de monnaies. Pendant ce temps là, le quidam réalise quelques dépenses de dernières minute avant avril, et c'est pourquoi les graphiques semblent prometteurs pour le moment, mais c'est temporaire. Comme nous l'avons dit la semaine passée, les investisseurs en bourse pensent que les entreprises à l'épreuve de la déflation, comme l'alimentaire, connaîtront une croissance durant les 6 prochains mois tandis que celles spécialisées dans le luxe comme les galeries marchandes prendront un coup dans l'aile. Résultat : les actions Isetan Mitsukoshi Holdings ont chuté de 15% le mois dernier.

Le problème, c'est qu'on ne dirait pas qu'il y aura de grosses augmentations de salaire dans un futur proche et que le consommateur ne retournera pas dans les magasins. Par exemple, le syndicat de Nippon Steel a demandé au fabricant d'augmenter les salariés de 3500 yen, soit une augmentation de 1%. La dernière augmentation chez Nippon Steel a eu lieu il y a 14 ans en 2000... ! C'est la même chose partout, avec par exemple Rengo, qui est beaucoup plus grand que les 27.400 ouvriers du syndicat de Nippon Steel, qui ne demande que 1% d'augmentation avec une possibilité de 2% en primes. Compte-tenu du fait qu'un rapport du ministère du travail est paru récemment qui annonce que, ajustés par rappot à l'inflation, les salaires sont au plus bas depuis 16 ans, il est vraiment improbable que les ouvriers se sentent plus riches après le 1er avril. Cela signifie que la consommation va baisser et que l'opinion public va empirer.

3. Le Yen est temporairement plus fort

Le consommateur japonais est facilement prévisible et la dernière fois que la taxe sur la consommation a augmenté, passant de 3 à 5% en mai de 1997, le pays est tombé dans la déflation (dont il n'est jamais sorti depuis) tandis que les consommateurs ont arrêté de dépenser et que les entreprises ont commencé à casser les prix pour survivre. L'impact de la dernière augmentation d'une taxe, qui est plus petit que celui-ci, a accentué la crise du secteur bancaire asiatique et a eu lieu il y a environ 18 mois. Nous pensons que la hause de la taxe actuellement planifée va avoir un effet similaire pour au moins les prochains 18 mois.

Pour ajouter au pessimisme général des consommateurs, il y a aussi l'annonce de la baisse temporaire des exportations, le seul domaine encore à flot de l'économie. En 1997 le yen s'est renforcé pendant 6 mois avant de chuter de façon spectaculaire. Si la même chose devait arriver à nouveau, alors le yen atteindra probablement un taux de 96 yen pour 1 dollar dans les 6 prochains mois avant de chuter au niveau de 110-115 yen d'ici la fn de l'année. Les entreprises japonaises n'aiment pas  l'instabilité et ont bonne mémoire. Elle vont donc s'accrocher aux 2.2 millions de milliards de leur secteur plutôt que de les dépenser en salaire, au moins jusqu'à ce qu'elles soient sûres que le yen restera faible. Elles sont aussi au courant que sans une croissance du marché domestique elles sont exposées aux facteurs internationaux comme les guerres, les récessions, les catastrophes naturelles, etc...

4. La politique des USA

Habituellement les USA sont le seul facteur extérieur capable d'influencer l'économie du Japon, comme nous avons pu le constater avec le déclin dans les dépenses des consommateurs américains après Lehman et l'impact que cela a eu sur les exportations japonaises, et plus récemment avec la diminution du programme d'aide quantitatif de la FED et son effet sur le renforcement du yen (les fonds passent d'investissements à risque vers quelque chose de plus sûr). Les diminutions resteront probablement stables sous la houlette de la nouvelle représentante Janet Yelle, mais la perception d'une économie des USA affaiblie effraye les investisseurs et exagère les mouvements sur les marchés.

N'oublions pas non plus que les prochaines élections aux USA auront lieu en novembre 2016 et que la campagne devrait commencer en 2015. Le passé nous indique que peu de nouvelles lois entrent en vigueur durant cette période et que le conservatisme est de mise. Cela signifie que si Obama n'arrive pas à faire passer le TPP d'ici la fin du semestre, le TPP n'arrivera probablement pas maintenant, si quand bien même il devait arriver. Dans ce cas, Abe perd son moyen de pression extérieur sur les intérêts acquis nationalement et ce sera donc la fin de toute réforme significative de l'agriculture.

Est-ce qu'il y a du positif dans ce qui arrivera après le 1er avril ?

Eh bien, la sévérité de la situation va accélérer la mise en valeur du tourisme par le gouvernement. C'est facile de gérer 10 millions de touristes payant 10% de taxes sur la consommation et de ne rien demander en retour. Vu que le JNTO vient d'ouvrir un bureau à Jakarta, nous imaginons que l'assouplissement des règles d'obtention des visas pour l'Indonésie n'est pas loin et que ça pourrait ajouter 200.000 touristes supplémentaires chaque mois.

Et aussi, si vous aimez les actions, vous pourriez avoir un oeil sur ces compagnies qui réalisent des travaux publics pour le LDP. Par exemple, qu'en est-il de ce mur anti tsunami de 60m de long pour 9-13m de haut que le MLIT propose de construire à Tohoku ? Nous ne savons pas combien de béton il va falloir, mais compte-tenu du fait qu'il y a actuellement 300km de digue et qu'il faut tout reconstruire, ça doit en faire beaucoup... ! Le plus gros acteur, Taiheyo Cement, est déjà en train de planifier la livraison de 10 millions de mètres cube de ciment à Tohoku en 2014 et nous pensons que ce nombre devrait doubler quand la reconstruction de la digue battra son plein. Bien sûr, la côte sera vraiment affreuse et les touristes indonésiens n'iront probablement pas là bas, là où l'économie en a besoin. ;-)

Sony quitte le marché du PC 
C'est assez annonciateur des temps qui courent quand Sony décide de lâcher son marché PC, de changer sa section télévision (avec la possibilité de la revendre) et supprime 5000 postes dans le monde. L'entreprise a annoncé un plan de restructuration de 90 milliards de yen pour les deux années à venir (avec 110 milliards de yen de pertes pour cette années fiscale) afin de réaliser ces changements. De tous ses secteurs d'activité, les smartphones et ce qui concerne la PlayStation semblent toujours prometteurs même si ce sont deux secteurs où il est dur de rester compétitif. ***Ed : vendre la marque Vaio a dû être dur mais c'est une bonne décision. La marchandisation des ordinateurs nomades (smartphones, tablettes) fait que seuls les fabricants de masse les moins chers resteront compétitifs.** (Source : commentaire de TT sur eetimes.com, 6 février 2014)

Un edito sur le business du jeu en ligne
Venturebeat.com a publié un excellent edito par Masanari Arai de chez Kii Corporation au sujet du marché du jeu en ligne au Japon et de la façon dont les japonais font les choses différemment. Arai indique que le Japon est désormais le marché le mieux monétisé pour les jeux sur smartphone devant les USA. Mais tandis que les utilisateurs des USA achètent des téléchargements, les japonais préfèrent les achats au sein des applications. De plus, les joueurs japonais se divisent en quatre catégorie et celle des "Socializer" est la plus à même d'acheter des cadeaux pour d'autres joueurs afin d'aider leurs amis qui jouent aussi en ligne contrairement aux joueurs occidentaux qui sont plus compétitifs. (Source : commentaire de TT sur venturebeat.com, 7 février 2014)

Mt. Gox fait faillite ?
Si vous êtes comme nous, vous avez vaguement entendu parler des Bitcoin, une crypto-monnaie qui permet à l'utilisateur de rester anonyme et qui est très populaire dans les pays où le change est contrôlé et au sein des industries qui aiment contourner la loi. Vous ne savez peut-être pas cependant que jusqu'à la mi-2013 un des plus grands changeur de Bitcoin, c'est à dire une entreprise qui change les Bitcoins pour de l'argent réel, était Mr. Gox ici au Japon. L'entreprise, à un moment, contrôlait près de la moitié des échanges (1 million environ) du réseau Bitcoin. Maintenant cependant, des doutes sur le fait que l'entreprise soit toujours solvable et qu'elle puisse toujours honorer le change/le remboursement des requêtes font que le volume d'échanges est tombé à 30.000. Le plus grand changeur est aujourd'hui BitStamp en Slovénie. ***Ed : il apparaît que les utilisateurs se plaignent du manque de réactivité de Mr. Gox et de leur lenteur à gérer les échanges, et qu'ils n'ont donc plus confiance dans l'entreprise. Des deux fondateurs, dont l'un d'eux est étrangers, un seul réside au Japon. Il est possible de trouver une entrée LinkedIn pour Mark Karpeles.** (Source : commentaire de TT sur businessinsider.com, 7 février 2014) 

Les exportations sont toujours peu vaillantes
Même si les indicateurs économiques globaux comme le taux de chômage ont les meilleurs chiffres depuis sept ans, une inquiétude demeure sur le côté temporaire de ces nombres et sur leur lien direct avec la  hausse de la taxe sur la consommation. En contraste, les données concernant les exportations pour de décembre 2013 viennent de paraître et complètent ainsi l'année 2013, et elles montrent que toute l'année elles ont été coincées dans une bande de 5% environ des 6 milliards enregistrés en décembre. Cela signifie qu'au lieu de grimper, ce dont les Abenomics ont besoin et qui devrait en résulter, les exportations stagnent. ***Ed : Un rapport du Credit-Suisse de janvier indique clairement que les exportations ne remonteront pas pour deux raisons : une faible demande pour l'outillage et la machinerie en Asie, et  l'appauvrissemet des manufactures basées au Japon qui fait que donc moins d'entreprises peuvent tirer avantage du yen faible.** (Source : commentaire de TT sur tradingeconomics.com et credit-suisse.com, 7 février 2014)

Les nouveaux comptes d'investissement détaxés font fureur
Personne n'aime les taxe et du coup le plan du gouvernement d'injecter plus d'argent dans la bourse en permettant aux gens d'avoir un compte d'investissement détaxé (NISA) marche comme prévu. Apparemment ces nouveaux comptes ont attiré 2.75 millions de personnes pour un montant de 300 milliards de yen durant le premier mois (janvier). 17% d'entre eux ont commencer à jouer en bourse. Le programme NISA permet aux investisseurs de garder le premier million de yen de profit détaxé. ***Ed : malheureusement et plus généralement, la plupart des comptes NISA ne sont pas une nouvelle injection d'argent mais plutôt des investisseurs existants qui changent pour le programme détaxé. C'est malgré tout un bon début et quand les voisins de Mme Watanabe la verront empocher ses gains, peut-être que la bourse attirera tout le voisinage.** (Source : commentaire de TT sur asia.nikkei.com, 7 février 2014)

• • •

C'état le point de vue de Terrie. Quel est le vôtre ?

Laissez-nous un commentaire.

• • •

Images : Terrie's Take; AkihabaraNews

Source: