Les startups japonaises, le retour : Terra Motors, PocketVenture Live!, et le prochain grand événement à Tokyo

Terra Motors & PocketView Startups in Japan - AkihabaraNews.com

La semaine dernière, AkihabaraNews a commencé à parler des startups japonaises et des capacités d'investissement, et même si ça ne fait qu'une semaine, on remarue déjà une progression. Nous n'allons pas seulement parler des différents développements, mais nous allons aussi impliquer AkihabaraNews là dedans. Pour commencer, reparlons de la startup Terra Motors et du PocketVenture Live!:

• • •

Les startups japonaises, le retour
Notre mission de la semaine dernière s'est effectuée en deux temps : la visite et l'étude de Terra Motors, une startup basée à Tokyo et spécialisée dans le scooter électrique qui a presque trois ans, et participer au PocketVenture Live! Tokyo, un événement organisé et sponsorisé par une entreprise finlandaise spécialisée dans les incubateurs de startup. Voici ce que nous avons pu en tirer, et ensuite nous parlerons du prochain grand événement qui a lieu dans un mois et pour lequel AkihabaraNews est sponsor médiatique !

LA VISITE D'UNE STARTUP : Terra Motors 
Pour faire simple, cette jeune compagnie spécialisée dans le véhicule électrique est une réponse au et un rejet du système de gestion hiérarchique japonais et du paradigme de l'innovation, ainsi que de la nature verticale des relations d'affaire au Japon, à savoir par exemple la tendance de Sony ou de Sharp de concevoir et de designer pratiquement chaque composant d'un produit fini. C'est une évidence dans une économie technologique mondiale qu'il n'est pas possible de rester compétitif de cette façon.

Sachant cela, plutôt que de présenter son idée de véhicule électrique à un des grands fabricants japonaise, le fondateur et PDG Toru Tokushiga a décidé de suivre sa propre route et de concevoir le SEED60R, premier scooter entièrement électrique de Terra Motors. Ce scooter plutôt standard est sur le marché depuis 2 ans et s'est vendu à environ 8000 exemplaires, ce qui n'est pas mal pour une startup. Dans un élan ambitieux, le prochain produit de la compagnie sera un scooter compatible iPhone, le A4000i, qui fera ses débuts à l'étranger.

Vous avez bien compris, le lancement du nouveau scooter évolué et puissant de Terra Motor (voir la galerie ci-dessous) n'aura pas lieu dans les rues de Tokyo, mais au Vietnam. Le Japon sera le second marché. Terra Motors anticipe aussi les marchés porteurs comme les Philippines et l'Inde pour l'A4000i et leur nouveau prototype de taxi/véhicule de livraison à trois roues (voir galerie).

Evidemment, l'image de qualité et de fiabilité de l'équipement japonais reste forte à travers l'Asie et le sous-continent Indien, et Terra prévoit des opportunités beaucoup plus grandes à l'étranger que dans le meilleur des cas au Japon. Cette stratégie commerciale orientée vers l'extérieur mais aussi vers l'intérieur n'est pas commune par ici. En effet, et nous en avons déjà parlé plusieurs fois, les firmes japonaises ont une longue tradition dans la création de produits isolationnistes en espérant que le reste du monde suive le mouvement, et c'est l'essence d'une myopie qui conduit à la défaite. Inversement, la stratégie de Terra Motors semble l'essence même de l'innovation.

GALERIE : Terra Motors - e-Scooter A4000i et e-Tricycle

La perspective des employés et des investisseurs
Notre contact chez Terra Motors, le chargé de relations publiques Tetsuya Ohashi, est âgé de 25 ans, plein de savoir, d'expériences de voyage et il parle un anglais plutôt correct. Bien entendu, ce n'est pas si rare que ça à Tokyo, mais ce qui le rend spécial dans le contexte de la culture d'entreprise et de la norme de la société japonaises, c'est une décision de carrière plutôt inattendue : aller travailler pour Terra Motors. Vous voyez, un jeune homme intelligent et motivé qui accepte un poste dans uen très grande entreprise japonaise serait considéré comme ayant fait le premier pas vers le meilleur futur possible. Ses parents seraient fiers, et ses pairs chanteraient ses louanges, respectant son succès. En fait, Ohashi a obtenu ce qu'il voit comme un travail génial avec une entreprise génial. Ce n'est juste pas une grande entreprise.

Le jeune Mr. Ohashi a passé l'examen d'entrée chez Mitsubishi (oui, ils font ce genre de choses ici) et aurait très certainement été embauché. Selon lui, on lui aurait aussi donné les entraves de la culture d'entreprise japonaise et des décennies d'indifférence face à sa créativité ou à ses idées innovantes. Bien qu'il comprenne ceux qui sont déçus, voire choqués par sa décision, Ohashi n'est pas du tout interessé par l'idée d'attendre ses 40 ans pour enfin avoir une autonomie limitée dans une "ancienne" entreprise. Bien sûr, ses mots ne sont pas ceux d'un locuteur anglais natif, mais ils disent la même chose.

Un autre chiffre intéressant est celui du nombre d'employés de Terra Motors qui n'est pas arrivé directement après le collège, mais qui ont abandonné leur travail dans une grande entreprise pour rejoindre la vie en startup. Et finalement, ce qui en dit le plus long et qui est le plus surprenant, avec une pointe d'espoir pour Terra Motors en particulier mais aussi pour tout le mouvement des startups au Japon, c'est cette liste :

  • Nobuyuki Ide, ancien PDG, Sony Corporation
  • Koichiro Tsuji, ancien PDG, Google Japan
  • Kenji Yamamoto, ancien PDG, Apple Japan

 Ce sont les trois plus gros investisseurs de Terra Motors. 

L'EVENEMENT LIE AUX STARTUPS : PocketVenture Live! Tokyo
Rien qu'en 2013 la firme finlandaise PocketVenture a réalisé des événements chez eux à Helsinki, très loin de chez eux à Los Angeles, un peu plus proche à New York et re-très loin de chez eux à Tokyo, et ils ont encore un autre engagement avant la fin de l'année. Selon le partenaire de gestion de PocketVenture, Markku Mutanen, il y a une grosse raison pour laquelle les finlandais sont aussi friands de startups : Nokia. Même s'il perd de l'argent, qu'il perd rapidement des parts de marché, le géant du mobile paye vraiment, vraiment bien. Les cadres, à la tête d'idées encore non réalisées et d'une somme considérable d'argent, ont envie de participer et de financer les nouveautés. Si c'est exact, c'est plutôt ironique.

Un partenaire de PocketVenture depuis 2006 versé dans le monde des startups à l'échelle internationale, Mr. Mutanen, a ouvertement exprimé son opinion sur le Japon qu'il trouve au tout départ de la vie des startups et donc parfaitement à point pour les personnes innovantes et les investisseurs. C'est évidemment la raison pour laquelle sa compagnie à voyagé sur près de 8000 km pour être le premier sur place.

Forcément, Tokyo a probablement été l'endroit où a eu lieu le plus petit événement de PocketVenture jusque là, mais ça ne veut pas dire que cela ne valait rien. d'un côté, le mouvement des startups au Japon a besoin de toute l'aide qu'il peut avoir, et d'un autre, s'il décolle, il y a des montagnes d'argent à se faire. Vu que la plupart des observateurs du marché des technologies s'accordent sur le fait que les grands noms du Japon sont encore capable d'innover de temps en temps mais qu'ils sont incapable d'être compétitifs sur le marché mondial, c'est soit les startups, soit le statut quo. PocketVenture et les participants de la semaine dernières espèrent bien entendu que ça sera les startups.

L'événement du 30 octobre a regroupé environ 50 participants individuels et deux médias (AkihabaraNews.com, et un reporter du Dow Jones & The Wall Street Journal). La keynote a été présentée par Mr. Toshitada Nagumo, PDG de Spinnaker Partners, Inc., une firme spécialisée dans le conseil et le planning. Mr. Nagumo n'est pas vraiment dans la norme en ce qui concerne le conseil en affaires japonais et étrangement, il n'est pas non plus très jeune. En fait, la majeure partie des participants de la PocketVenture Live! Tokyo semblaient avoir au moins 40 ans. Si l'on considère que ce sont les vieux qui entretiennent précieusement la culture d'entreprise japonaise, c'est vraiment intrigant qu'autant de personnes de cet âge issu du milieu des affaires soit prêts à se jeter dans ce qui, aux yeux des traditionnalistes, ressemble au mieux à un mouvement suspicieux en dehors de la norme.

Même si la foule était petite, il y a eu beaucoup de discussions et de serrage de main, et les cartes de visites étaient de la partie. Peut-être que cet événement était un petit pas plein de signification vers le prochain âge d'or du Japon. Au minimum, c'était au moins se pencher un peu dans cette direction.

GALERIE : PocketVenture Live! Tokyo

Il ne suffit pas de le dire :
Beaucoup de gens sont d'accord que si la renaissance de la technologie japonaise est imminente et que des jours heureux sont devant nous, il n'y a aucun signe de son arrivée. Et c'est aussi intéressant de voir que ceux qui étaient tout en haut, ainsi que les anciennes générations, soient interessés par le mouvement des startups. C'est plutôt nouveau et encore à un stade embryonnaire mais le mouvement à déjà des jambes, et les efforts de Terra Motors ou l'intérêt international de
PocketVenture augure du meilleur, de ce que certains d'entre nous appellent : Japan, Inc. 2.0.

Il ne fait aucun doute que le mouvement est jeune, fragile, et qu'il décolle à peine. Aucun doute non plus que les japonais n'aiment pas le changement, et qu'à l'échelle du pays, il est difficile. Mais même à tavers la conscience collective ou le consensus d'une population homogène et massivement monoculturelle, le changement peut s'opérer. Et une fois qu'un mouvement atteint un point critique, un point de non retour, le changement est alors souvent rapide et profond.

AkihabaraNews va observer et rendre compte, et en vérité, nous nous réjouissons pour ces gens. Bien entendu, en tant que média, nous recherchons l'impartialité, mais comme la technologie, on a ça dans le sang, c'est difficile de ne pas espérer en voyant ces personnes.

• • •

AkihabaraNews, sponsor médiatique : Venture Day Tokyo
La division incubateur de startup de J-Seed Ventures, Inc., une agence de conseil dans le management et la technologie, en conjonction avec l'IE Business School of Madrid et la Keio Graduate School of Media Design, sont en train de promouvoir le prochain grand événement consacré aux startups à Tokyo : Venture Day Tokyo - 9 décembre 2013

AkihabaraNews s'intéresse activement à la culture très jeune mais croissante des startups au Japon. C'est pour cela que nous avons décidé de rejoindre Venture Day Tokyo en tant que sponsor médiatique. Naturellement, nous aimerions voir beaucoup d'idées, et nous parlerons des développements intéressants qui arriveront durant l'événement. D'autres sponsors incluent RakutenAOL, et Turkish Airlines.

Montrez ce que vous avez dans le ventre
Développez votre idée lumineuse, votre nouveau produit, votre service innovant

En tant que sponsor médiatique, nous aidons à rechercher des startups prêtes pour l'investissement capable de développer leurs idées et de marquer les esprits de :

  • Un ensemble de compagnies avec une investissement potentiel en jeu.
  • Un jury composé de gens de l'industrie qui noteront chaque présentation.
  • Un panel d'interlocuteurs des grandes compagnies qui veulent donner des conseils et partager leur savoir.
  • Les représentants des sponsors, les personnes présentes pour le réseautage et le reste de l'audience.

Le jury choisira deux gagnants parmi les startups et ces compagnies seront qualifiées pour gagner de l'argent et des billets d'avion pour Madrid afin de participer à des événements à l'IE Business School. Cliquez ici pour vous inscrire et pour en savoir plus sur Venture Day Tokyo :

• • •

Sources : Terra Motors; PocketVenture Live!; J-Seed Ventures; AkihabaraNews.com 
Images : Terra Motors; PocketVenture Live!; AkihabaraNews.com

 

 

 

 

Source: 

Related Articles