JAPAN & ASIA TECH • COOL AND CULTURAL NEWS

Langues

Les robots japonais : Cyberdyne amène HAL en Europe !

Les robots japonais : Cyberdyne amène HAL en Europe !

Durant ces dix dernières années, différentes itérations du HAL de Cyberdyne Inc. ont été montrées comme étant le futur des exosquelettes d’amplification de la force et/ou de réhabilitation. Bien entendu, il y en a des centaines au Japon. Seulement. Mais désormais, HAL arrive en Europe !

• • •

L’Hybrid Assistive Limb (HAL) de Cyberdyne, Inc. se la joue euro
On va commencer par “Das Exoskelett-Roboter-Anzug”. C’est marrant, mais j’aurais dit que “Exoskeletal Robotic Suit” devrait avoir 73 syllabes en allemand, pas pratiquement pareil. C’est décevant. Mais la nouvelle ne l’est pas !

Cyberdyne, Inc., basée à Tsukuba City, a atteint plusieurs étapes importantes cette année avec son HAL (en photo ci-dessus et vidéo ci-dessous) et avec la nouvelle datant de la semaine dernière que l’agence de certification allemande TÜV Rheinland a approuvé l’appareil, c’est l’heure pour la prosthétique cybernétique de faire dans l’internationale. Parmi ces étapes un retrouve :

Décembre 2012 : HAL reçoit la certification ISO (International Organization for Standardization), une étape importante vers la diffusion de ses produits à l’internationale.

Février 2013 : HAL reçoit une certification de sécurité globale de la Japan Quality Assurance Organization, ouvrant la voie vers des exportations légales et certifiées.

Juillet 2013 : L’ISO reconnaît l’avancée du Japon dans le rôle de la robotique d’assistance pour les personnes âgées et les handicapés, et annonce qu’elle adoptera les standards japonais pour les certifications dans le monde entier (notre article).

Août 2013 : La nouvelle que vous êtes en train de lire ! Avec la certification de sécurité pour le marché européen de TÜV Rheinland, HAL est prêt à obtenir un passeport et à grimper dans un avion. L’exosquelette est désormais certifié et sera, selon cette certification, “proposé comme matériel médical sur le marché européen qui consiste en 34% du marché mondial pour les appareils médicaux”. Les essais dans les hôpitaux allemands devraient commencer bientôt.

Ok, mais reprenons au début : c’est quoi, un HAL, et ça vient d’où ?
Le HAL est souvent décrit comme un robot, mais il s’agit en fait d’un exosquelette que l’on peut enfiler. Ce n’est pas un véritable robot. Que ça en soit un ou pas ne change rien au fait qu’il soit extraordinaire :

Explication nécessaire A : le HAL est basé sur une technologie de retour de force de pointe, et il amplifie la force humaine en interprétant les signaux nerveux sous-cutanés et en les traduisant en mouvement biomécanique. Avec sa masse neutre pour le corps humain, le HAL offre à l’utilisateur à la fois un support augmenté ainsi qu’une force amplifiée.

Explication nécessaire B : le HAL sait ce que vous faites avec votre corps, et vous rend plus fort. Oh et puis on dirait qu’il ne pèse rien.

L’endroit, “Tsukuba”, devrait être familier avec les lecteurs de la rubrique hebdomadaire d’AkihabaraNews Les robots japonais. Le "Winglet" Par exemple, donc nous avons parlé il y a quelques semaines, est testé à ce même endroit au nord de Tokyo où les rêves de beaucoup de robots japonais se réalisent.

C’est un fait que c’est le rêve d’enfance du professeur Yoshiyuki Sankai de l’Université de Tsukuba de réaliser des combinaisons robotisées qui a permis à sa société de les fabriquer. Conçus à la fin des années 80 tandis que le professeur Sankai passait son doctorat à l’Université de Tsukuba, et rendus publics en 2004, les HAL dans leurs diverses formes ont toujours été sa passion.

HAL est en tête, et il faut qu’il le soit parce que beaucoup essayent de le rattraper
Les motivations du professeurs Sankai sont très claires : non seulement il veut réaliser une combinaison robotique parce que c’est génial, mais il est aussi très au fait du problème du vieillissement de la population japonaise et du rôle éventuel que les produits comme le HAL auront non seulement dans la mobilité des personnes âgées mais aussi dans l’économie du pays. Il le sait. Le gouvernement japonais le sait. C’est en route.

Il y a vingt ou trente ans, le Japon concevait le meilleur de l’électronique de consommation, comme personne, et dominait le marché mondial. Dans vingt ans, cela pourrait être vrai pour la robotique d’assistance : le Japon est le banc d’essai idéal pour ce nouveau paradigme économique parce que dans le cas de la démographie japonaise on a le combo de : 1. une grande portion de citoyens vieillissants qui vivent de plus en plus longtemps au sein de la force salariale et qui finiront par devenir 2. soudainement et inévitablement une population sur le déclin. Ce motif se reproduit dans tous les pays développés et tout d’abord ici.

De nouveau, ce n’est pas juste une analyse faite du fond d’un fauteuil, l’International Organization for Standardization reconnaît aussi que le Japon est en tête dans la robotique d’assistance et dans son implémentation pratique avec des outils tels que le HAL.

Cyberdyne n’est pas tout seul. Il y a beaucoup, beaucoup d’autres exosquelettes d’assistance sous forme de projet, mais la grande différence c’est que contrairement à eux, Cyberdyne ne fait pas que du R&D dans un laboratoire avec quelques modèles à longueur de journée. Ils ont déjà déployé des centaines d’unités. Pour le moment, Cyberdyne est en tête, mais il faut qu’ils gardent une longueur d’avance.

La concurrence sait ce que Cyberdyne sait, ils voient le potentiel, et ils veulent participer à la compétition. C’est nécessaire à l’innovation (le modèle de HAL pour les catastrophes est entré en compétition avec la filiale de Panasonic ActiveLink et son Power Loader Light). Et il y a de sacrées entrées dans la course : Honda est déjà au travail dans le domaine de l’assistance robotique, Toyota aussi, et les produits des USA et de l’Europe gagnent du terrain.

Cyberdyne possède l’avantage pour le moment, mais ils feraient mieux de ne pas se reposer sur leurs lauriers. Ils ont de quoi être leader sur un marché en pleine croissance, mais s’ils ne restent pas sur leur gardent, ils pourraient très bien se faire Samsung-er, pour ainsi dire.

Donc, au professeur Sankai et à son équipe, bonne chance en Europe ! Et professeur, nous garderons un oeil sur vous et sur vos concurrent, nous vous regarderons de près, alors concentrez vous et restez en tête, et les articles sur la robotique d’AkihabaraNews se chargeront de parler de votre réussite.

Addendum : des vidéos du HAL :
Ici, vous pouvez jeter un oeil au périphérique en action via les toujours, toujours-agréable-et-étrange-aux-yeux-des-occidentaux Tomo News. C’est en japonais, mais la spécialité de Tomo News, c’est le visuel via l’animation, donc vous comprendrez :

 

Ensuite, une meilleure vue du HAL qui marche, par AFP BBNews :

Et enfin, le modèle anti-radiation de Cyberdyne exposé en réponse aux demandes des travailleurs qui aident à Fukushima :

• • •

VIA: The Tokyo IT Newspaper (Japanese/日本語)TÜV Rheinland; Cyberdyne

Images: Cyberdyne/AkihabaraNews.com

Source: