Les robots japonais : le “Winglet” de Toyota a 5 ans et entre en phase de test (et ce n’est VRAIMENT pas un robot)

Présenté en 2008, sept ans après le Segway, le Winglet de Toyota est enfin de sortie et nous avons pu le vois la semaine dernière : les tests sont en cours. Tout comme le Segway (pratiquement en tous points), il s’agit d’un moyen de déplacement personnel qui s’auto-équilibre. Toyota appelle ça un robot. Oui mais... Non.

• • •

(NOTE DE L’EDITEUR : dans cet épisode hebdomadaire consacre aux robots japonais tres spécial, nous allons parler d’un robot qui n’est pas un robot même si Toyota l’appelle un robot mais si c’est un robot alors le Segway aussi est un robot et les machines a laver aussi et tout le monde se doit de défendre la vérité. Bonne lecture !)

 

Cadre : zone de test du Winglet, Tsukuba Science City

Tsukuba City, située environ 70km au nord de Tokyo mais techniquement faisant partie du Grand Tokyo (36 millions d’habitants !) est un foyer pour les sciences japonaises et la technologie. Un foyer planifie, en fait. Tsukuba est aussi connue sous le nom de, ou abrite, la Tsukuba Science City. Environ 217.000 citoyens peuplent cette communauté sur mesure qui a pris exemple dans les années 60 sur d’autres pôles de recherche et de développement déjà établis dans le monde (genre Palo Alto en Californie, vous savez, le coin ou ce truc d’ordinateur personnel a vu le jour et tout).

Du coup, c’est logique que le Twiglet, euh, Seglet... non... le “Winglet” de Toyota soit dépoussièré dans la Mobility Robot Experimental Zone de Tsukuba City, une zone consacrée, comme son nom l’indique, aux expériences sur les robots depuis 2011.

 

Le “robot” de mobilité personnelle selon Toyota

Nous allons revenir sur le cote “robot” mais intéressons nous d’abord a l’objet de notre curiosité. Quand il a été lance en 2008, soit 5 ans plus tôt, le Winglet était décliné en trois modèles :

Winglet's 2008 Lineup

Des versions plus petites pour les adultes et les enfants ou les petites personnes qui sont “dirigées” avec les genoux et le poids du conducteur. Le plus grand avec les poignées marche exactement comme, vous savez, peut-être que Toyota pensait que personne ne remarquerait, un Segway avec de petites roues, des jantes et des poignées, déclinable en plusieurs couleurs.

La vitesse du pointe du Wingler est de 6km/h, ce qui est beaucoup plus lent que le Segway avec ses 20km/h. Si l’on considère que le Winglet est prévu pour une utilisation en intérieur et en extérieur, c’est probablement mieux.

Voici un extrait du communique de presse de Toyota :

The Winglet, created with the aim of contributing to the development of a society where mobility is safe, freely accessible, and fun, is a next-generation mobility robot that offers users outstanding operability and performance that expands the user's world, with a compact size and ease of use suited to modern living environments.

Et voici le Winglet en, euuuuh, action en 2008 :

Et la vidéo de la semaine dernière :

Au départ les membres de l'équipe du National Institue of Advanced Industrial Science and Technology (AIST) du Japon et les employés de la Tsukuba Science City vont se partager 8 des modèles a grandes poignes et a l’air plutôt Segway et ce jusqu'à fin 2013, afin de tester ”la sécurité, la facilite d’utilisation et l’aspect pratique du Winglet afin qu’il puisse être utilise sur les trottoirs par le futur”. Ensuite, et jusqu’en mars 2016, les études mettront alors l’accent sur le marche potentiel, la faisabilité a grande échelle, les bénéfices et les désavantages. Tous les essais auront lieu dans la susmentionnée Mobility Robot Experimental Zone.

Le groupe test pourrait bien être un peu biaise dans un tel environnement en vase clos mais bon. Et pour ceux d’entre-nous qui se posent des questions, voici un autre extrait :  

“Toyota Motor Company and Tsukuba believe that the Winglet trials will be highly significant in the development of mobility-robot-using communities with low environmental impact.”

Bref... Donc apparemment les tests vont encore prendre 3 ans et ensuite, après 8 ans d’existence, on saura enfin si c’est a garder ou non. On pourrait ce demander, cher Toyota, ou se situe le problème ? Nous sommes tous intéressés par le concept de robots de mobilité et ce travail est donc important et précieux. Et puis tout le monde veut des machines qui soient sures, efficaces et utiles, donc c’est normal de faire des tests mais...

...peut-être que Winglet fait ce que Segway fait déjà ?
Bien entendu Toyota a fait attention a ce qui se passait du cote de Segway quand ils l’ont clone, mais se pourrait il que personne n’ait remarque son terrible destin ? Nous ne sommes certainement pas les premiers a le dire mais 12 ans de Segway donnent un joli aperçu du marche. Ces choses ne se vendent pas vraiment comme des petits pains.

Il ne fait aucun doute que le Segway possède des défauts et n’est pas bien pense (en terme de taille, de prix, de sécurité, de responsabilité, etc...) donc bien que les tests de Toyota soient logiques, il se peut que vous soyez comme qui dirait bouche bée. Des années avant que Toyota ne rende son produit public, tout le monde sait déjà que même si ce sont des bijoux de technologie, ces choses ne sont pas utilisables.

Mais bon nous sommes au Japon et peut-être que le Japon peut réussir ! Si l’on considère que la population du pays décline inévitablement, dans quelques années il y aura beaucoup plus de place pour de tels engins..

Parlons maintenant technique : le Winglet n’est pas un robot. Mais vraiment pas. Toyota, vue que tu fais des voitures, utilisons ça comme point de comparaison, et ensuite tu t’expliqueras.

Pourquoi est-ce qu’on parle de robot ?
En fait, Toyota veut décrire son engin auto-équilibrant et répondant au déplacement de poids comme un robot. Si nous devions accepter ca, nous devrions appeler un Segway un robot aussi, non ? Mais personne n’a fait ça en 2001, ni depuis. Mmmh, et qu’en est-il des machines a laver et des autres dispositifs mécaniques qui s'équilibrent d’eux mêmes ? Des robots ?

Donnons a Toyota le bénéfice du doute, peut-être que le Winglet possède des fonctionnalités robotiques. Mais selon cette logiques le contrôle de la température dans les voitures Toyota, les ABS, les vitres électriques et les rétroviseurs ou même encore les essuie-glaces pourraient être qualifies de fonctionnalité robotique, et pourtant Toyota ne dit pas que ses voitures sont des robots.

Et personne ne pourrait dire qu’une voiture disponible sur le marche actuellement est un robot (meme si elles arrivent).

Alors Toyota, un commentaire ? Non ? Bon, on continue...

Définir le mot “robot” est probablement la plus geek des controverses sur Terre (mais c’est vraiment important)
Parmi les roboticiens et ceux d’entre nous qui sont experts en robotique, essayer de définir le mot “robot” c’est un peu comme d’essayer de parler politique. A un enterrement. C’est un point de débat qui n’a rien a voir avec le fameux moment ou Han tire sur Greedo, non, celui-ci possède des répercussions sur le monde réel et sur l’industrie sans cesse croissante de la robotique.

Les definitions utiles et pragmatique de ce qu’est et n’est pas un robot, ainsi que de ce qu’est et n’est pas la robotique sont au mieux obscures et subjectives. Cependant il y a une chose sur laquelle beaucoup de roboticiens sont d’accord, c’est que pour que quelque chose soit appele un robot, il doit avoir une certaine mesure du deplacement autonome fonctionnant de concert avec des automatismes ou de la gestion de tache. Ce n’est pas vraiment une regle stricte cependant.

Un exemple conteste et d'actualité concerne les drones aériens. Ce sont de véritables appareils aériens autonomes et robotiques en cours de R&D mais actuellement tous les drones sont contrôles a distances. Le problème c’est que le déplacement n’est pas entièrement contrôle a distance et que du coup, au lieu d’accepter le fait que ce sont des machines avec des fonctions robotiques, les colporteurs de nouvelles a sensation pointent du doigt des robots tueurs qui assassinent depuis le ciel.

Bien entendu les drones possèdent des capacités de vol autonome base sur la navigation GPS d’un point a un autre et ce sont bien entendu des fonctions robotiques, mais ça ne fait pas des drones de véritables “robots”. Ce sont des avions super technologiques radio-commandés, et certains d’entre eux ont un auto-pilote et des armes.

Mais revenons aux voitures : même une voiture moderne a un prix modeste est équipée de fonctions robotiques et autonomes. Mais les voitures en elles-mêmes ne sont pas de robots. Sans intervention extérieure, comme celle d’un conducteur, les voitures de Toyota, les Segways et les pas-si-nouveau-que-ca-mais-de-retour Winglets ne font strictement rien. Nous savons reconnaître un robot quand nous en voyons un, et là désolé, Toyota, mais nous n’en voyons pas.

Pour être franc, Toyota le sait probablement, mais ils savent aussi que ce mot apporte un certain cote cool. Et ça, dans le domaine de la robotique, c’est quelque chose que Toyota n’a pas.

Mais un de leur concurrent si.

Une éventuelle jalousie parmi les constructeurs automobiles japonais ?

Le spéculations, comme d’habitude, sont nécessairement spéculatives mais peut-être qu’il y a un tentative de profiter de quelque chose par ici. En effet même en 2008, peut-être que si Toyota voulait tellement appeler son appareil un “robot” de mobilité au lieu d’une machine, c'était parce que la presse était en adoration devant un autre constructeur japonais.

Honda Mobility Robots Lineup

Oui, nous avons déjà parle de ces robots quelques fois.

• • •

VIA: IT Media (Japanese/日本語); Toyota
Images: Toyota; Honda; Akihabara News!

Source: